DEVISE ASSOCIATION

DEVISE 001

Les légendes de Taount et de Lalla Ghazwana

HAWITA DE LALLA GHAZWANA

TAOUNT 005 (Copier) (Copier) (Copier)

Lalla Ghazwana, femme à la très grande beauté, considérée comme une sainte, est inhumée dans une simple hawita de pierres sèches, près du fortin construit par le Génie militaire, à l’Ouest du plateau dominant, à l’Est, la ville et le port de Nemours.
Read more: Les légendes de Taount et de Lalla Ghazwana

La légende de Lalla Maghnia, la femme courage

« La zaouïa, dans toutes les terres de l’Islam, avait noté un auteur, au début du XXe siècle, est le lieu de refuge, l’asile sacré où le pauvre comme le riche trouve sur sa route la nourriture et le repos, paye qui peut ! La communauté vit des dons et des aumônes du passant et des biens de l’orphelin mineur dont elle se fait la tutrice lorsque la justice l’ordonne ».
Read more: La légende de Lalla Maghnia, la femme courage

La légende de Lalla Setti – 1ère partie

Parmi les saintes femmes de nos contrées, Lalla Setti. (Celle qui n’avait dans son cœur aucune place pour un autre qu’Allah)
L’Islam a accordé à la femme «une position incontestablement plus enviable par rapport à celle qui lui était dévolue dans les autres religions».
Read more: La légende de Lalla Setti – 1ère partie

La légende de Lalla Setti – 2ème partie

Revenons à notre narrateur: pour continuer de nous déclamer la Qacida de son manuscrit (al-Arif) prit un air inspiré:

«- Dawiya, qu’accompagnait son frère chaykh Abdelaziz ainsi que quelques proches parents, arriva au moment où les pèlerins s’apprêtaient à prendre le départ pour les Lieux Saints. L’Emir commandant la caravane, un adepte de la Tariqa, reçut les membres de la famille de Sidi Abdelkader Djilani avec déférence et respect.

Read more: La légende de Lalla Setti – 2ème partie

Légende de Lalla Sitti – 3ème partie et fin

Parmi les saintes femmes de nos contrées, Lalla Setti

(Celle qui n’avait dans son cœur aucune place pour un autre qu’Allah)

Dès les premiers instants où Dawiya et ses proches amies posèrent le pied sur la trace des pas du Prophète et de ses nobles compagnons, elles prirent un soin extrême à agir conformément à la tradition mohammedienne.
Read more: Légende de Lalla Sitti – 3ème partie et fin

Sid El Halaoui

s943

El Halaoui naquit à Séville qui fut la capitale d’un des plus beaux royaumes fondés en Espagne par les Maures ; il y devint cadi (juge) ; puis tout d’un coup, il quitta sa patrie, sa fortune et ses honneurs pour aller faire un pèlerinage à Tlemcen.
Read more: Sid El Halaoui

Le Méchouar

Mechouar_de_Tlemcen

C’est au Méchouar, dit un écrivain, qu’Abou Tachfin possédait un arbre d’argent sur lequel on voyait toutes sortes d’oiseaux de l’espèce de ceux qui chantent. Un faucon était perché sur la cime. Lorsque les soufflets qui étaient fixés au pied de l’arbre étaient mis en mouvement et que le vent arrivait dans l’intérieur de ces oiseaux, ceux-ci se mettaient à gazouiller et faisaient entendre chacun son ramage qui était facile à reconnaître. Lorsque le vent arrivait au faucon, on entendait l’oiseau de proie pousser un cri, et, à ce cri, les autres interrompaient tout à coup leur gazouillement.
Read more: Le Méchouar

Sebdou

16744749

3305333_68ebf1b1bf_m

La ville de Sebdou est connue avant l’occupation coloniale sous le nom de Tafraoua. Ce centre fut établi par l’implantation d’une base militaire française lors des premiers mois qui suivirent l’occupation de Tlemcen en 1836. De 1837 à 1842, l’Emir Abdelkader y installa à son tour, un campement militaire fortifié à l’emplacement même de l’actuelle caserne qui avait été complètement réaménagée par les Français, après qu’ils en eurent pris possession.
Read more: Sebdou

M’SIRDA

hqdefault

699334

9192998

Sous l’impulsion de l’empereur Napoléon III le territoire Algérien alors sous domination française fut découpé en douars en 1863 et ceci afin de délimiter le territoire que chaque tribu occupe afin d’y répartir les terres. Cette manœuvre avait en réalité pour but de substituer les entités ethniques qui existaient en une organisation territoriale et administrative et ceci afin de désunifier certaines tribus qui auraient pu poser des problèmes de résistance.
Read more: M’SIRDA

Arzew

arzew-le-port

A 41 km au Nord Est d’Oran, se trouve l’une des plus belles baies de la côte algérienne, la Baie d’Arzew, très bien protégée des dangereux vents du nord-est par la pointe du Djebel Sicloun, dernier contrefort du Djebel Opousse, au-dessus de la Méditerranée. Entre Arzew et Saint-Ieu, le plateau de Bettioua, domine les plages et jouit d’un climat plus sain. C’est pourquoi, ce site privilégié a vu, très tôt, l’installation de l’homme, avec les Atériens de la Préhistoire, entre 60.000 et 20.000 ans avant notre ère, puis avec les Berbères arrivés là, il y a environ dix mille ans.
Read more: Arzew